Dernières Articles

Accueil / Services / Gestion de l'entreprise / L’inventaire physique en CHR

L’inventaire physique en CHR

Comme dans toute activité de négoce ou de fabrication, l’inventaire physique est, d’une part, obligatoire et annuel en cas de contrôle fiscal. D’autre part, il est fondamental pour mesurer l’incidence sur les comptes de l’entreprise.

Ainsi dans le secteur C.H.R., l’inventaire, tant des liquides que des matières, n’est pas à négliger. Il arrive souvent un coulage, à tout niveau : service, cuisine, livraison, stockage…

1ère Etape – le comptage

Aussi, il convient dans un premier temps de préparer l’inventaire par un pré-rangement en fonction des catégories. Par exemple, il est important de distinguer les sodas, les vins et les alcools. Si possible il est également indispensable  de les regrouper au même endroit pour faciliter le comptage, afin d’éviter les doublons et les oublis.

De ce fait, le comptage sera plus rapide et surtout réduira le temps d’arrêt de l’exploitation, qui doit être minimisé. Dans ce secteur, l’amplitude des horaires d’ouverture de l’établissement devrait permettre de réaliser l’inventaire physique à des heures décalées.

D’un point de vue pratique, lors du comptage, il convient de bien reporter sur un carnet adéquat la désignation des produits comptés et leur référence, soit interne si elle existe, soit celle du fournisseur.

2ème Etape – la valorisation

Ensuite, il faut passer à la valorisation des produits comptés lors de l’inventaire et pour cela, il convient de regrouper les factures fournisseurs et de repérer les produits achetés avec la bonne référence et/ou désignation et de reporter ces éléments sur le carnet.

En ce qui concerne les liquides et en particulier le vin, le prix d’achat a pu très bien varier dans le temps et les bouteilles avec une certaine cote peuvent venir embellir la cave. Il faut donc à ce titre réfléchir à la moins mauvaise méthode d’évaluation du stock des bons vins ; en effet, en fonction des années et millésimes, s’il subsiste des vins de cette nature, les factures du fournisseur (négociant ou brasseur) pourraient ne pas être retrouvées, auquel cas, les « mercuriales » sont à même de fournir les prix du marché. Attention dans ce cas, cela pourrait avoir une incidence sur la marge, certes, mais surtout sur le bénéfice annuel et donc sur l’impôt à payer sans en avoir la trésorerie.

Si l’établissement est équipé d’un terminal de caisse avec gestion des liquides et matières, il conviendra ultérieurement de comparer l’état des stocks selon ce mode de gestion avec l’inventaire physique réalisé, ou à défaut, de totaliser les pages du carnet par référence ou et par nature. Il conviendra alors d’indiquer le montant total au comptable ou à l’Expert-Comptable qui saisira cette valeur au bilan.

En termes de gestion, il pourra alors être effectué une analyse de la marge brute (revente HT moins le prix d’achat des produits consommés ou revendus), élément indispensable à la compréhension de l’activité de l’année écoulée.

La situation idéale est de ne pas attendre le dernier jour de l’année comptable et de pratiquer régulièrement des inventaires sur tous les produits.

F.R. pour Chasseur de Fonds

Vous souhaitez avoir les coordonnées d’un  expert-comptable, avocat,  ou  d’un autre fournisseur … spécialiste de l’hôtellerie et de la restauration  contactez nous

Laissez un commentaire