Dernières Articles

Accueil / Services / Gestion de l'entreprise / Ratios / Quel est le taux d’effort acceptable pour un hôtel ou un restaurant ?

Quel est le taux d’effort acceptable pour un hôtel ou un restaurant ?

Dans cet article nous allons définir ce qu’est un taux d’effort et quel est son niveau acceptable pour une affaire hôtelière ou de restauration.

Calcul du taux d’effort

Le taux d’effort correspond au ratio loyer. Il se calcule en faisant le rapport : loyer charges comprises/chiffre d’affaires.

Ce taux peut-être également calculé par rapport à la marge brute ou à un EBE retraité du loyer (EBITDA).

Le but du calcul du taux d’effort est d’analyser la capacité du locataire exploitant à supporter le loyer.

 

Le taux d’effort est un indicateur de gestion

Le loyer et les charges locatives sont des postes de charges importants pour l’exploitation d’un fonds de commerce. De ce fait il est un indicateur de gestion essentiel dont il faut garder la maîtrise.

Un loyer trop important par rapport au chiffre d’affaires réalisé ou réalisable impactera directement la rentabilité de l’affaire.

Au contraire un loyer raisonnable voir bas, améliorera le résultat de l’exploitation et valorisera l’affaire.

Une affaire avec un taux d’effort raisonnable et cohérent trouvera plus facilement un acquéreur. Un loyer trop important est un frein à la vente de son affaire.

 

Quel taux est acceptable ?

Le taux acceptable varie en fonction de l’activité et de la nature de la catégorie de l’affaire.

Pour les hôtels le taux d’effort est différent selon la catégorie. Il peut varier de 9 à 18 % en fonction du nombre d’étoiles. Le taux est plus faible pour les hôtels 4 étoiles que pour les hôtels 1 étoile.

C’est ce même taux  qui permet de déterminer la valeur locative d’un hôtel.

Pour les restaurants le taux d’effort doit être inférieur à 10 %. Il est généralement compris entre 6% à 9%.

L’impact de l’emplacement

L’emplacement peut faire varier le taux d’effort acceptable. Un effort plus important peut-être consenti pour un emplacement de prestige dans la mesure où cela permet de mettre en avant l’enseigne. A contrario pour un emplacement de seconde zone le taux d’effort sera moindre.

Chaque affaire est différente, le taux d’effort doit être étudié au cas par cas.

 

Garder le contrôle de son loyer

Il est indispensable de pouvoir contrôler l’évolution du loyer afin de maintenir la rentabilité de l’établissement. Pour cela le bail devra être soigneusement étudié lors de sa reprise, ou de sa conclusion. Et chaque action pouvant impacter le bail (travaux, renouvellement, déspécialisation..) doit être décidée en accord avec son conseil.

 

AD pour chasseur de fonds

 

Vous souhaitez avoir les coordonnées d’un expert-comptable, agent immobilier, avocat,  ou  d’un autre fournisseur … spécialiste de l’hôtellerie  contactez nous

Laissez un commentaire